« Les grandes nouveautés sont nées du diagnostic réalisé avec Des ronds dans l’eau : il fallait nous différencier. »

Marie Prioul a repris Maréchal & Brilleaud en 2oo3. C’est toute sa vie. Elle en a connu toutes les transformations depuis son enfance.

Elle est la représentante de la troisième génération de l’enseigne briochine historique.

L’entreprise est en mouvement régulier

Du matériel agricole à la droguerie, en passant par les cuisines en Formica ce mouvement s’est toujours inscrit dans la durée et dans l’anticipation. Représentative du commerce de centre-ville, l’image de l’entreprise se dégage de cette histoire solide. « Maréchal & Brilleaud c’est une offre qui n’est pas présente ailleurs et nous avons une clientèle qui vient pour nous », confie Marie Prioul. «… mais le mouvement est signe de bonne santé, rien n’est jamais acquis et on est convaincu que le commerce de centre-ville a sa place à affirmer et toute sa légitimité à poser », affirme Marie. Le magasin avait été refait il y a une dizaine d’années.

Joël, l’époux de Marie, a rejoint l’entreprise depuis près de deux années, une occasion en or de créer une dynamique nouvelle pour Maréchal & Brilleaud. Un projet qui a demandé une année de préparation et de réflexion pour engager une étape nouvelle.

«Je connaissais Des ronds dans l’eau, Christophe, et bon nombre de ses clients. J’aime sa manière de travailler un projet en approche globale. Ce que je fais avec mes clients dans mon domaine d’activité, il me l’a proposé. Nous avons donc décidé de travailler notre projet avec l’agence. Très rapidement il a évoqué le collectif DUHN avec l’agence UH. Il a engagé une étude sur la notoriété de Maréchal & Brilleaud auprès de nos fournisseurs, de nos clients, de l’équipe ; il a réalisé un diagnostic sous forme de vaste état des lieux. »

Marie Prioul

Faire évoluer les locaux, l’offre et l’image

« La grande Maison, cela doit être un peu comme à la maison… », déclare avec conviction Marie Prioul.

« La Grande Maison est un beau bâtiment. Le travail réalisé avec Des ronds dans l’eau et l’agence UH redonne ses lettres de noblesse à cette grande bâtisse qui s’inscrit dans le paysage architectural et commercial briochin. La nouvelle image installée avec force par l’enseigne, par la nouvelle appellation et la revalorisation du bâtiment, invitent à redécouvrir un nouvel espace intérieur, à pénétrer dans cette surface de vente qui est un vrai lieu de vie. » Marie précise alors que «… l’aménagement élaboré rend lisible l’ensemble de l’offre, le regard porte loin et la Grande Maison met en scène des espaces qui respirent et des univers de la maison différents. On peut d’ailleurs se poser dans ces espaces créés, plus intimistes et conviviaux.

« Avec la clarté de l’offre, les gens redécouvrent des produits dans un lieu de vie où ils se sentent bien. »

Les grandes nouveautés sont nées du diagnostic réalisé avec Des ronds dans l’eau : il fallait nous différencier.

Nous avons élaboré la ‘box de créativité’ : un lieu clos, atelier où peuvent intervenir des architectes d’intérieur, où nous recevons nos clients qui veulent aménager leurs maisons. C’est un espace de ressources, où l’on met tout à plat et où les idées fusent. Autre espace créé, c’est le domaine de prédilection de Joël : l’activité et l’offre poêles et cheminées rendues plus visibles et concrètes. Aujourd’hui, on travaille davantage avec la lumière naturelle, dès le début on s’est senti bien, l’aménagement est fonctionnel et le magasin semble plus grand. »

Dynamiser un esprit d’entreprise

« Ce projet, c’est plus d’une année de préparation,… » , rappelle Marie.

«… On fonctionne en équipe. Tout le monde a été associé. Comme certains de nos fournisseurs et de nos clients, chaque collaborateur a répondu à l’étude menée par Des ronds dans l’eau. Je me souviens d’ailleurs d’une anecdote très révélatrice de l’ambiance et de la qualité du travail de réflexion. À la question de la perception et de l’image associée à Maréchal & Brilleaud, un collaborateur a apporté la réponse argumentée suivante : « c’est un papy qui saute en parachute : une vraie prise de risque mais mesurée, la preuve de la sagesse de l’âge et de l’expérience. J’ai trouvé cela assez juste et bien vu avec l’exhortation implicite de rester jeune et moderne. Nos équipes ont été moteurs par leur envie de voir les choses évoluer vite, cela les a soudées. Avec Des ronds dans l’eau et l’agence UH, ce fut une belle expérience en commun.

Dans la réflexion et dans l’action, nos corps de métiers se sont rencontrés, c’était des moments parfois un peu stressants mais tellement plaisants et émouvants quand, tous ensemble, nous partagions une espèce de révélation. Nous avons vécu une période très positive et de grande joie. La co-construction s’est exprimée dans une démarche globale, motivante et partagée avec émulation », confirme, réjouie, Marie Prioul.

Accompagner dans la cohérence

« La comm’ c’est un métier et il faut savoir faire confiance … », concède aisément Marie. « Nous avons bénéficié d’un accompagnement complet pour l’ensemble du projet : qui donne une cohérence et une harmonie entre l’aménagement de l’infrastructure, la communication interne et la communication externe. L’agence UH a assuré avec efficacité toutes les parties techniques des travaux. 

Le timing très serré a été respecté. L’offre globale qui rassemble toutes les dynamiques d’une stratégie de communication : réseaux sociaux ; supports ; sites ; salons, elle a été bâtie en toute simplicité et en toute convivialité lors d’échanges dynamiques avec Christophe et Jérémy qui est notre relais au quotidien. La communication, indéniablement est un investissement et la stratégie digitale un incontournable et un impératif… » reconnaît Marie. « Aujourd’hui, on a hâte de vivre une période de fêtes. Tous les échos depuis notre réouverture sont très positifs. Avec la clarté de l’offre, les gens redécouvrent des produits dans un lieu de vie où ils se sentent bien », conclut Marie Prioul sincèrement enthousiaste.

À voir également

"Avec Des ronds dans l’eau, nos parcours sont parallèles, nos métiers différents mais toutes les rencontres sont propices : on a démarré ensemble en se donnant la main…”

"On voulait ouvrir un nouveau concept de salon mais on ne savait pas comment s’y prendre. On avait l’idée mais pas la méthode…”